Archives Mensuelles: janvier 2013

Viens voir le docteur

Par défaut

Il était une fois une consultation ophtalmologique pré-opératoire un peu particulière… ce n’était pas la première, mais elle a ouvert la voie à de nombreuses autres, chargées en endorphine, dopamine, ocytocine… et adrénaline.

Décidée à régler un problème oculaire puisque j’en avais désormais l’âge et les moyens, j’ai atterri chez ce fort charmant quadra après plusieurs mois de casting médical. Mon problème n’étant pas courant, peu de médecins étaient emballés par mon cas. Mais lui n’a en apparence pas hésité. Et m’a au passage gratifiée d’un compliment sur la couleur de mes prunelles. Venant d’un expert en la matière avec qui le courant passait plutôt bien, le syndrôme hors sujet pouvait s’enclencher et cette fois-là il y eut du répondant en face !
Un illustre humoriste français a dit un jour en parlant de son illustre ex : ‘on ne joue pas longtemps avec une balle qui ne rebondit pas’. En ce qui me concerne, lorsqu’elle rebondit, je joue, encore et encore.

Lors de cette fameuse consultation pré-opératoire, alors que nous venions de décider des dates des futures réjouissances chirurgicales, je lui ai glissé très spontanément que puisque nous avions tous 2 une adresse email (pas si courant à l’époque) nous allions pouvoir échanger des mails crapuleux. Une petite lumière s’est allumée dans ses yeux et à partir de ce moment, la zone d’exploration s’est progressivement étendue.
De TRÈS nombreux contrôles post-opératoires ont suivi, puis des visites sans vrai motif médical, des coups de fil, des mails que j’ai retrouvés en partie il y a quelque temps et qui m’ont fait sourire !

Notre dernière rencontre date d’il y a 3 semaines, ça faisait 5 ans qu’on ne s’était vus.
La raison principale était médicale, pas d’exploration autre que ma rétine et mon nerf optique (qui vont bien, merci). Nous avons tout de même échangé un hug appuyé, quelques baisers et étions sincèrement contents de nous revoir. L’attirance est toujours là, visiblement toujours réciproque.

En pleine crise hors sujet, je lui ai texté il y a quelques jours un ‘tu viens me voir bientôt? j’ai besoin de calins’ ma foi un peu hormonalement désespéré. Il m’a rappelée hier soir. Après quelques minutes de conversation « normale », il m’a proposé de m’inviter à dîner chez lui, avec sa femme et éventuellement le « copain » de celle-ci (‘toujours marié et toujours libre’).
La balle rebondit encore et les règles du jeu sont inchangées. Il veut me partager, je ne veux que lui. Ni l’un ni l’autre ne marquera.

Publicités