Archives Mensuelles: décembre 2012

Hors sujet

Par défaut

Je suis un coeur d’artichaut affublé d’une étonnante capacité à idéaliser tout specimen masculin doté d’un minimum de charme qui manifesterait un peu d’intérêt à mon égard. Une ado attardée dépourvue d’estime de soi, vous dites ? oui, ça aussi, un peu (mais de moins en moins, ouf).

Dernièrement, gros craquage pour un homme parfaitement charmant, posé, calme, pas imbu de lui-même, intéressé, intéressant. Quelques jours et quelques sms après une première date, ses ‘on se revoit quand?’, ‘tu es dispo quand? et où?’ empressés ont fait place à ‘je ne sais pas si je pourrai’, ‘j’ai du mal à trouver du temps’.

Toute personne normalement constituée laisserait tomber. Moi, pas. S’il m’avait dit ‘désolé, j’ai changé d’avis / déjà quelqu’un / en fait tu ne me plais pas’, j’aurais abandonné, vexée à mort, mon amour-propre blessé (ado niveau 1, je sais). Pas là, car il n’a jamais dit ce genre de choses. Il ne les a jamais dites, mais toute adulte qui se respecte aurait décodé et agi en conséquences. Moi, non. Enfin, si, je les ai décodées, mais bien vite occultées pour laisser parler mes hormones.

J’ai donc poussé ma curiosité malsaine un peu plus loin et j’ai obtenu quelques billes supplémentaires, mauvaises pour mon moral et mon estime de moi, mais fort instructives. Sans doute pas tout seul dans sa tête ni dans sa vie, le garçon avoue ‘être indécis et douter souvent’ et me laisse ‘voir si tu penses que c’est rédhibitoire’. WTF ?!

Soit.
‘Et un plan q, ça te dit ?’
‘Très tentant. Où ?’.
Aaaaaah, nous y voilà. Nous y voilà ? Non. Je passe le weekend chez des amis, ‘donc là c’est toi qui gères’. Réponse : ‘pas possible chez moi ce weekend’. Ah non ? Tiens donc.
‘Tu ne fais pas beaucoup d’efforts’
‘Excuse-moi, je n’ai pas trop la tête à ça en ce moment’. Collector, isn’t it ?
‘Pourquoi ?’
‘Pour diverses raisons, mais la fatigue, la saison et quelques soucis n’y sont sûrement pas étrangers’
Tiens, un mâle fortement oestrogènisé, quelle chance !
Je vous épargne les détails de la fin de la conversation, du même tonneau.

En conclusion, est-il :
– impuissant
– en pleine crise conjugale/personnelle/de la quarantaine
– manipulateur
un peu honnête quand même

Je dirais tout ça à la fois, mais ça n’a guère d’importance, n’est-ce pas ?

Lesson learned !
(jusqu’au prochain affolement hormonal ? ;-))

Publicités

For my eyes only ?

Par défaut

Il y a bien longtemps, j’ai trompe mon « officiel » avec mon ophtalmo. C’etait une relation etrange. J’etais comme aimantee et lui completement horny. Plus il etait horny, plus j’etais aimantee. Nos ebats se sont principalement deroules a son cabinet. Des ebats assez brefs, tres sensuels plus que sexuels. J’y ai eu droit au plus intense cunnilingus de ma vie. J’etais jeune et assez impressionnee par ses 17 ans de plus.

Nous avons maintenu le contact toutes ces annees, bien qu’il ne soit plus mon medecin. C’est un libertin, il aime le sexe, enormement. Il m’a propose un nombre incalculable de fois des seances SM, des plans a 3 avec sa femme, voire un ou des amis. Ca ne m’interessait pas, je ne voulais que lui.

Avec les annees, notre relation s’est etendue a un registre plus… enfin moins… enfin amical. Cependant nos rares conversations telephoniques finissent toujours sous la ceinture, c’est devenu un jeu.

La semaine prochaine, je le revois, pour raison medicale. A n’en pas douter, ca va deraper gentiment et je vais freiner. Ou pas.