C’est compliqué

Par défaut

C’est difficile d’annoncer une séparation sur la toile, partager une épreuve difficile et personnelle avec les gens d’internet.

Oui, malgré la merveilleuse lune de miel retrouvée, mon mari et moi nous nous sommes séparés depuis quelques semaines. Je ne peux pas en parler parce que d’une part, c’est trop frais, trop douloureux, trop confus et d’autre part je ne suis pas cohérente du tout dans mes propos et mon ressenti. En effet, lui autant que moi passons par à peu près toutes les étapes de la souffrance, de la colère, du chagrin, du manque, de la haine, de l’indifférence, de l’ignorance, de l’amour, de l’ego blessé qui dirige tout et empêche de vivre cette rupture avec maturité, sérénité et intelligence. Je peux certifier que l’amour peut devenir une maladie qui rend psychologiquement instable et vous pousse aux frontières de la folie. Je l’aime encore. Il m’aime encore. On ne se le dit surtout pas mais malgré les déchirements et les insultes, c’est d’une certitude incontournable. C’est un deuil. Voilà 7 semaines que je me lève tous les matins avec l’impression que la moitié de mes organes a été arrachée, la douleur en est même physique, je suis comme une junkie en manque. Je n’ai en plus pas choisi la facilité parce que ce n’est pas une séparation « normale », je suis partie loin de lui, je ne l’ai pas vu depuis 7 semaines, j’ai quitté un paradis, une situation très confortable sur tous les points, une vie très très agréable, pour me retrouver loin de tout cela, dans un autre monde, sans repères, sans perspectives, sans sécurité et sans rien du tout, dire que j’ai eu du courage est un understatement.

Notre séparation n’est pas à cause d’autrui, l’amant n’en est pas la cause (même si prendre un amant est sans doute signe d’un malaise ou d’un grand essoufflement). Je ne suis pas partie pour un autre homme, il n’est pas parti pour une autre femme.

Alors comme ce blog est dédié à la double vie et non aux affres d’une séparation, je vais donc vous parler de l’amant et de ce qu’il est devenu dans cette histoire, puisqu’il n’a plus lieu d’être amant donc.

Je l’ai revu, je le revois. Je peux vous dire que l’interdit enlevé, le piment de la relation diminue un peu, l’excitation n’est forcément plus la même, l’adrénaline est de moindre mesure, il n’y a plus rien à cacher, il n’y a plus la peur de se faire prendre, il n’y a plus l’incroyable exaltation de briser un interdit. Il n’y a plus de jeux dangereux. Le sexe est toujours bon mais, puisque libre, il n’est plus aussi passionnel qu’avant.

Si je n’envisageais pas qu’une relation avec un amant aboutisse à autre chose, qu’elle soit autre chose de plus, une fois l’époux parti, il n’en a rien changé pour moi. Si, pendant que je vivais ma double vie, il m’arrivait de temps en temps de m’imaginer une vraie histoire officielle et monogame avec l’amant, dans la réalité, je sais que c’était surtout mes hormones en délire qui parlaient.
Il est toujours dans ma vie, je l’aime bien, comme un ami dont j’ai besoin lorsque je me sens si triste, il est ma bouée de sauvetage qui m’empêche de me noyer dans mon désespoir, il m’a dit « si j’arrive à te faire remonter la pente, alors j’aurai fait mon boulot ». Classe. Il est aussi un amant quand j’ai besoin de « tirer un coup », excusez-moi pour cette vulgarité presque masculine mais c’est la vérité, le sexe avec lui est un merveilleux anti-dépresseur.

Malgré cela, je n’envisage pas un futur solide avec lui, je n’envisage pas d’officialiser cette relation, je ne suis pas sa petite copine, je ne souhaite certainement pas que mon mari, ou devrais-je dire mon ex-mari même s’ il ne me semble pas naturel du tout et beaucoup trop tôt pour  lui donner ce titre (car oui je me sens encore un peu mariée, ce n’est pas si simple de changer des habitudes acquises pendant 15 ans), je reprends, je ne souhaite pas que mon « mari » soit au courant que je vois l’amant aka « mon fuck friend »,  je ne vis donc plus un adultère ou un double jeu, mais je vis encore une relation très privée.

Publicités

"

  1. Ça ne doit pas être facile de tout plaquer pour recommencer autre chose, ailleurs… Il faut du temps pour que tout cicatrise, beaucoup de temps…
    Courage et pleins de bonnes ondes pour ta nouvelle vie.

  2. Didou: effectivement c’est une épreuve très violente, partir avec un chagrin à plus de 5000 kms de celui qui fut ma vie pendant si longtemps, partir avec enfants, cartons, quelques économies, sans toit, ni job, ni rien de concret qui m’attendait, sauf ma famille et quelques amis, ce n’est pas très facile, effectivement ce sera une blessure longue à cicatriser, il parait que ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort, je suis pressée de découvrir cela 🙂 merci de tout cœur pour les bons voeux

  3. Courage!
    Je ne suis pas dans ta situation ,mais l’interdit d’une relation en mon sens ne veux rien dire à moins que ton amant n’était qu’une relation sexuelle. Tu es blessée ,meurtrie de la rupture avec ton mari mais le plaisir et la complicité avec ton amant doit toujours persister…
    Il n’y a pas de fumée sans feu, si tu te sentais bien avant la rupture aucune raison que tu ne te sentes pas bien après !
    Après il ne faut pas se voiler la face ,tu dois certainement culpabiliser ou t’en vouloir de la situation d’échec avec ton mari ..mais pour gâcher une relation il faut être deux!
    Et si tu as la chance d’avoir quelqu’un qui tient à toi,tu devrais t’en servir comme ressource et non te mettre encore plus de barrières!
    Laisse une chance à cette relation qui en sortira plus forte si elle perdure!!!

    Encore courage car cela ne doit pas être simple et je le souhaite une vie pleine d’amour!

  4. Christine: Merci. Non je ne m’en veux pas (outre mesure) de l’échec avec mon mari, je ne culpabilise pas non plus, ce n’est pas que je me mette des barrières avec l’amant, c’est que pour le moment, je ne peux et ne veux pas plus m’investir ou donner (et cela lui convient bien c’est un célibataire pur et dur qui fuit un peu la notion de couple, en cela il avait la position idéale en tant qu’amant), je ne peux plonger dans une relation quand je soigne les blessures d’une autre et je ne désire pas officialiser, ce n’est pas le moment, bien sur ce n’est pas que purement sexuel il est un bon soutien, une présence heureuse et je tiens beaucoup à lui, cependant, autant mon mari était mon alter-ego autant l’amant est mon opposé total sur bien des points sinon presque tous, ainsi pour que ça fonctionne sur le long terme, je doute que ces clivages entre lui et moi puissent aboutir à quelque chose de plus concret, mais ne sait on jamais ce que l’avenir nous réserve? Il y a certes moins de piments puisque cette relation n’est plus un double jeu dangereux mais pour le moment je passe de très bons moments avec lui, c’est un chic type et c’est bien l’essentiel.

  5. addendum: je voulais dire que si il semble que je mets des barrières avec « l’amant » c’est que si mon « mari » me demandait si je voyais quelqu’un ou si je le (re)voyais lui en particulier, je n’aurais pas le courage d’être franche et après tout cela ne le regarde plus, pire, si le « mari » débarquait par hasard ici je planquerais surement « l’amant » pour éviter des histoires et des chagrins supplémentaires, même si il est de mon droit de faire ce que je veux étant séparée, dans ma tête, ce n’est pas si clair que cela, je me sens encore un peu mariée 🙂

  6. Chère miss panthère , je te souhaite des moments très agréables pour l’avenir avec ton amant et j’espère que tes blessures se panseront vites!
    Et comme tu le dis si bien,tu verras bien ce que l’avenir te réserve …que du bon 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s