Square One

Par défaut

Hier en faisant du rangement dans mes placards, je suis tombée sur THE dossier. Re-tombée en fait, car même si je l’avais quasi oublié, je l’ai déjà consulté de nombreuses fois au cours des 11 dernières années.
C’est un excellent baromètre du détachement. En relisant des mails et des conversations électroniques, je n’ai pas pu réprimer quelques ‘wow’ ou ‘ah ouais quand même’. Que la passion rend dépendante et aveugle ! Quelle drogue !

Aujourd’hui encore, je ne suis pas tout à fait guérie. Non pas de cet homme en particulier (7 ans après notre dernière rencontre, il y a prescription. Quoique…? ;-)), mais des sensations, émotions, sentiments ressentis alors. Enfin ceux d’avant la chute. Ceux qui mettent des papillons dans le ventre, dans la tête, dans le coeur. Ceux qui boostent ocytocine, dopamine, adrénaline. Ceux qui font gémir de plaisir dans un TGV à la seule pensée des moments à venir.

Parce que forcément, les papillons, ça s’arrête un jour et rarement comme on le fantasme !
Un psy à qui je décrivais ma situation de back street girl m’a répondu « on ne peut pas empêcher une femme de rêver ». Heureusement, la consultation était gratuite.

Dans THE dossier, il y a aussi un cahier. J’avais commencé à consigner en détail notre dernière rencontre. Je me suis arrêtée à la première soirée. Maintenant mes souvenirs sont trop flous, j’ai oublié les détails. Restent quelques images-flash, d’instants précis, de sensations. Une nuit blanche à faire l’amour avec chacun un écouteur dans une oreille et Coldplay en boucle. Un long trajet en train avec lui endormi dans mes bras, à caresser la petite bosse sur son avant-bras, une vieille fracture mal soignée. Un concert de Coldplay sous les étoiles d’un festival suisse. Un couteau et du sel dans une plaie ouverte lorsqu’il appelle sa femme et ses filles. Un après-midi au parc à échanger des mots dans nos langues respectives. La soudaine anorexie qui me frappe lorsque je suis avec lui qui me trouve déjà ‘so slender‘…

Pas facile, pas très excitant, pas piquant d’enchaîner avec une relation normale, banale, quotidienne, planplan. Impossible pour le moment dans mon cas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s